Anny Juillet

Anny Juillet

Le noir émoi

Révélé en relief par l’abstraction géométrique, le noir se fait lumière. La vie jaillit des sculptures murales de l’artiste plérinaise qui vont à l’essentiel dans l’expression des émotions. Le noir devient alors un langage universel, un symbole de liberté absolue.

Présence de l'artiste : en juillet du vendredi 12 au dimanche 14, du vendredi 19 au dimanche 21, du vendredi 26 au dimanche 28. En août du vendredi 2 au dimanche 4 et du vendredi 9 au dimanche 11.

« J'ai un rapport intime au travail du noir. Je tente, par mon travail, d’expliquer que le noir n’est pas noir, d’exprimer au mieux l’importance fondamentale de cette couleur dans l’art en général et dans mon travail de plasticienne en particulier. » confie Anny Juillet.

L’artiste bretonne, dont l’atelier est installé à Plérin (22), cherche à montrer, au travers de ses créations « que du noir jaillit la lumière, et que de la lumière jaillit la vie. Je travaille le noir en relief avec des techniques mixtes pour donner à voir les œuvres en mouvement et aller à l’essentiel dans l’expression des émotions. À travers l’abstraction géométrique, le noir permet d’atteindre la perfection dans l’imperfection et de trouver la précision dans l’imprécision. »

Accrocher la lumière. Pour composer ses sculptures murales, Anny Juillet utilise des panneaux de bois. Elle découpe, poinçonne, grave, racle, lisse, colle, mélange et peint afin d’obtenir le relief et la profondeur qui accrochent la lumière. « J’utilise toutes sortes d’outils, dont certains de mon invention. Je m’autorise une pluralité de techniques et de matières : petits objets de récupération, végétal, textile, métal, carton, papier… »

Pour composer ses pièces design, uniques et originales, la plasticienne assemble les formes géométriques pour mieux les désassembler. Elle fait dialoguer les reliefs avec les creux. Elle transcende les mats avec les brillants, dans une recherche constante d’équilibre esthétique.

Au-delà, elle entend poursuivre sa quête pour que « le noir devienne un langage universel, un symbole de liberté absolue dans une société de plus en plus complexe et critique. »

C’est pourquoi elle a intitulé son travail « Le noir émoi. »

Dès 1975, Anny Juillet se forme aux arts plastiques. Elle passe plusieurs années aux Beaux-Arts du Mans, puis en cours privés. Elle pratique la sculpture deux ans durant aux côtés de Gérard Godin en 1985 et 1986. En parallèle, elle poursuit des études de dessinatrice en architecture et espaces verts.

Elle expose, entre 1985 et 1997, dans l’Ouest, à Paris et à Nice. Puis, elle suspend ses apparitions publiques, considérant que son travail n’est pas suffisamment abouti.

Après s’être installée en Bretagne, elle oriente son travail vers sa passion du noir dans les années 2000. Son travail de plasticienne évolue, ses œuvres s’agrandissent. Elle retrouve le chemin des salles d’expositions, des galeries et des salons en 2008, où sa notoriété grandit auprès des particuliers et collectionneurs français.

Parallèlement, elle engage des collaborations avec des designers, architectes et décorateurs d’intérieur français et étrangers, prenant son envol à l’international après plusieurs participations remarquées au Salon Maison & Objet (Paris).

Voir le site

  • Partager sur :

Autres expositions

  • ALỲ

    Exploration et jaillissement de l’intime

    De formes corporelles surgit une palette de sentiments ou de quêtes. Êtres de bronze ou d’argile s’offrent en une lecture poétique et sensible, intensément habitée par le mouvement.

  • Daniele Bragoni

    Daniele Bragoni, maître sculpteur formé à Carrara, excelle dans le marbre depuis 30 ans, créant l'onde, une forme légère et harmonieuse, et mêlant géométrie et légèreté dans son art.

  • Robert Faure

    Art millénaire et contemporain à l’encre de Chine, il suggère l’essentiel de la beauté de la nature. Avec une technique sans retouche apprise au Japon, il offre une démarche intérieure. Chaque peinture est un voyage.

  • Guillaume Fichet

    Guillaume Fichet, artiste autodidacte : “j'ai exploré la terre, le bois, et la pierre, me formant en art et créativité. Sculpteur et peintre, je crée des œuvres qui dialoguent avec le spectateur, éveillant émotions et réflexions sur notre unicité et évolution.

  • Soazic Guezennec

    L'installation "En lisière du dehors" fusionne art et science, explorant l'interaction homme-nature. Soazic Guezennec, crée un dialogue entre poésie et recherche scientifique, offrant une réflexion sur notre rôle dans l'écosystème.

  • Stéphane Le Mouël

    Stéphane Le Mouël puise son inspiration dans la nature, capturant l'énergie des paysages pour créer des œuvres vibrantes qui invitent à la contemplation.

  • Jean-Pierre Petit

    Écrit pictural

    Jean-Pierre Petit tisse une épopée visuelle où chaque toile est un chapitre d'une histoire sans fin, un récit vivant qui célèbre le voyage de la création.

  • Anny Juillet

    Le noir émoi

    Révélé en relief par l’abstraction géométrique, le noir se fait lumière. La vie jaillit des sculptures murales de l’artiste plérinaise qui vont à l’essentiel dans l’expression des émotions. Le noir devient alors un langage universel, un symbole de liberté absolue.

  • Patrick-Arman Savidan

    Patrick-Arman Savidan transforme la broderie en un récit textile, où chaque point contribue à une histoire sans image définie, évoluant éternellement.

  • Démonstration/Performance de Robert Faure
    Sur inscription uniquement